Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2019 4 24 /10 /octobre /2019 10:43

Après avoir lu quelques articles concernant les bateaux sur des sites survivalistes, j'ai eu envie d'apporter quelques précisions.
Souvent sur ces sites les auteurs partent du principe d'un gros K2KK affectant la planète entière,pour reprendre la formule de l'animateur d'un de ces sites “le jour où la lumière sera coupée “ et cela partout dans le monde.
Soit, partons sur cette “éventualité”,fort peu probable de mon point de vue.
Déjà ne pas mélanger le choix d'un bateau pour s’éloigner et/ou évacuer et celui dont l'usage se rapprocherait plus d'une “Bad” d'ailleurs notre précédent bateau nous l'avions surnommé “Bad-Mobile”.


Si c'est juste pour naviguer quelques heures pour s'éloigner rapidement d'un lieu devenu dangereux, n'importe quelle embarcation rapide fera l'affaire si elle est adaptée à :
-La charge que vous allez lui demander de transporter (depuis la personne en solo avec juste un sac à dos, au groupe avec armes, bagages et stocks )
-La météo du moment
-Son autonomie en fonction du lieu que vous voulez atteindre
-La physionomie du lieu de destination (un autre port, une plage,une rivière fermée par un pont ou pas, assez de fond ou pas
avec un souci de discrétion au niveau des décibels ou pas etc).


A la réflexion pourquoi ai je mis“rapide” l'on peut très bien s'éloigner avec une embarcation lente...si l'on ne craint pas d'être rattrapé par des plus rapides

Tout en sachant que rapide va de pair avec rayon d'action
limité. Je vous mettrai plus bas des exemples de consommations pour
un bateau donné à différentes vitesses cela se passera de
commentaire.

Juste un petit exemple ici vous voyez les écarts entre
7 et 14 nds il faut environ 8 fois plus de puissance et une
consommation 4 fois plus importante ( à la louche je ne tiens pas
compte du rendement du moteur à un régime x ou y )



Pour avoir une idée du lien entre vitesse et consommation par mille, ci dessous un exemple de consommations constatées pour une unité de 26,50 m à la flottaison
et un déplacement de 70t :les résultats lors des essais étaient(pour un déplacement entre 69,5 t et 72 t) :
 5,45 nds -------- 13,40 lt/h -------- 2,46 lt/mille vitesse mini sur un seul moteur
7,81 nds -------- 24,24 lt/h -------- 3,10 lt/mille
8,00 nds -------- 27,54 lt/h -------- 3,44 lt/mille
9,00 nds -------- 35,93 lt/h -------- 3,99 lt/mille
10,00 nds -------- 47,90 lt/h -------- 4,79 lt/mille
11,00 nds -------- 63,47 lt/h -------- 5,77 lt/mille
12,00 nds -------- 83,83 lt/h -------- 6,99 lt/mille
12,53 nds -------- 95,80 lt/h -------- 7,65 lt/mille vitesse de carène pour 26,50 m à la flottaison
13,00 nds -------- 107,78 lt/h -------- 8,29 lt/mille

Pour aller bien plus loin, bien plus longtemps les choix seront radicalement différents et la palette des choix plus réduite.

Pour aller loin et presque indéfiniment, tant qu'ils ont leurs mâts et des voiles à peu près
en état, le voilier ou le fifty sont incontournables.

Avec deux jeux de voiles, dont vous prendrez soin car plus possible d'en racheter
d'autres, ce sont des décennies de navigations potentielles, certes
avec des voiles qui seront de moins en moins performantes mais en
K2KK généralisé nous ne serions plus à pinailler pour un nœud de
perdu, ou un près moins serré !


Il y a maintenant presque 30 ans nous avions conçu un fifty-fifty qui aurait pu servir en K2KK, pour un ou deux couples :

timonerie intérieure pour ne pas se geler ou cuire au
soleil suivant les latitudes,

une assez grande capacité de charge,

2,5m3 de carburant, deux moteurs diesel (pour une plus grande manœuvrabilité, ou un “stock” de pièces détachées :-) )
surtout que nous avions choisi de le réaliser en dériveur intégral
pour faciliter les accès à des endroits peu profonds. 17,40m au
pont 5,20 m de large, 1,50mde tirant d'eau.

Voila un exemple concret d'un bateau capable d’héberger longtemps un couple ou deux et de les emmener n'importe où dans le monde.
Mais il est vrai qu'on ne peut se mettre à faire de la voile du jour au lendemain, qui plus est avec pour projet de rester longtemps éloigné d'un monde en déliquescence...
Néanmoins certains l'on fait et ma foi s'en sont tiré, par exemple :Auboiroux :
“Seul sur les Océans :le tour du monde de Néo-Vent”


Mais pour beaucoup de survivalistes un couple ce n'est pas viable (et pourtant ils ne connaissent pas ...ma femme ! )

Donc amusons nous à envisager un navire capable d'emmener une petite équipe d'une douzaine de personnes.

Restons dans une taille raisonnable disons moins de 30m.

Je ne m’intéresserai absolument pas à ce type de bateau, quelque soit son luxe.

Cela semble être une construction de Cantieri de Pisa, probablement le modèle de 42,70 m de long et 8,30 au maître bau, 2,10m de tirant d'eau, construction en fibre de verre.
2 moteurs de ...3400 cv et “seulement” 28850 litres de carburant à fond l'on doit être à environ 1300lt/h...
   

                            




Il faut savoir que la majorité des grosses vedettes ou des yachts ont une autonomie très réduite et qu'à cause de leurs formes même à faible vitesse ils n'ont pas un
rendement extraordinaire qui plus est nombre d'entre elles ne n'ont
pas des qualités marines hors du commun et là c'est un
euphémisme...




Ce type de catamaran peut avoir l'avantage de la surface, de l'autonomie à la voile mais la moindre avarie dans son gréement sera difficilement réparable avec les
seuls moyens du bord, ses grandes surfaces vitrées, son manque
d'isolation, sa faible quantité de carburant …sa relative fragilité (par rapport à d'autres choix) lui interdisent certaines destinations…ce ne serait pas non plus mon premier choix et puis tout le monde n'est pas … Kevin Cosner (ok lui c'était un tri !)


Il y a quelques années se trouvait à la vente un bateau presque parfait pour envisager sa transformation en Bad-Mobile pour un groupe d'une douzaine de personnes.

Apprenant qu'il risquait de partir à la ferraille, son très riche propriétaire s'étant lassé de lui avant de le transformer en “yacht”, j'avais fait une offre d'achat sans succès...
 



https://www.youtube.com/v/Xze09ap4ZBE

Cette unité avait de gros avantages et quelques inconvénients .

Avantages :
-robustesse
-autonomie toute la surface de la coque est quasiment doublée, cet espace étant utilisé pour des réservoirs...il vaut mieux avoir un copain pompiste Venezuelien ! (de mémoire 170m3)
-17000 milles nautiques d'autonomie et probablement l'équivalent d'un tour du monde en mode “éco”
-un mat de charge capable de lever un container de 20', assez de place sur le pont pour y stocker , par exemple : une grosse annexe alu, un 4X4 de taille “adulte”
-guindeaux avant et arrière et apparaux de mouillage de taille xxl
-deux chambres froides de plusieurs m3
-magasin d'environ 8X4 m où stocker les pièces de rechanges/équipements
-réservoir en ponté de plusieurs m3pour l'essence nécessaire par exemple pour les moteurs des annexes
-véritable atelier avec même un petit tour
                                    
                                                Moi je le préférais en gris !

Inconvénients :
-tirant d'eau important plus de 4m
-monomoteur, en cas de panne ...il vous reste qu'une plateforme
-viable que pour un groupe d'une dizaine de personnes car entre l'entretien et la manœuvre...et la constitution d'un groupe d'une douzaine de personnes capables de rester soudé, isolé de tout pendant des mois ...
-coût de l'entretien en ...attendant le gros K2KK :-)

Mais c'était juste pour l'exemple de ce que pourrait être un réel bateau pouvant vous évacuer, vous permettre de vivre longtemps loin de tout, suffisamment robuste, autonome, relativement simple pour rendre potentiellement viable votre “évacuation”.

Vous comprendrez que, contrairement à ce que j'ai pu lire ailleurs, cela ne peut en aucun cas s'improviser dans le genre : Tiens c'est “l'apocalypse” je vais aller sur le port voler , un bateau, ramasser trois jerricans, une survie, deux canoës et vogue la galère !! En en remorquant deux autres bateaux de secours .

Comme nous ne sommes qu'un couple pour nous ce navire , même si j'ai essayé à plusieurs reprises, de l'acheter, malgré son très gros potentiel ce n'était pas la solution.

Ceux qui suivent savent que l'idéal pour nous (ou maxi 4 personnes) c'était “Bad-Mobile”
 



Déjà le premier avantage qui saute aux yeux : il tient debout tout seul
Cela n'est pas seulement anecdotique en K2KK plus de "travelift", pouvoir s'échouer loin de tout et y nettoyer sa coque cela peut être un plus non négligeable.
Et un tout petit tirant d'eau cela vous permet parfois de vous faufiler dans des endroits très peu fréquentés.
Pour moi c'était le bateau parfait pour un couple ou deux en K2KK taille adulte, autonomie, solidité, rusticité, il avait tout et comme un Kon je l'ai vendu.

Bon je ne vais plus en parler c'est mauvais pour ma tension !

   Notez le petit gréement permettant de se traîner vers ...quelque par si plus de moteurs ou plus de gasoil


Lorsque l'on parle du choix d'un bateau les arguments que l'on nous oppose sont souvent :
La piraterie, les tempêtes,l'autonomie,le manque de discrétion.

La piraterie:
Sachant que l'on a pris comme hypothèse le K2KK xxl touchant toute la terre, que même en temps “normal” la piraterie ne concerne qu'une infime surface (même si elle a tendance à s'étaler) des océans .
Croyez vous qu’après un chaos général certains seraient encore prêts à dépenser le très précieux carburant pour sillonner d'immenses territoires ou les navires seraient devenus extrêmement rares ?
Même si c'était le cas ce n'est pas si facile pour trouver un autre navire même lorsque vous savez qu'il est “dans le secteur” pour ceux qui en doutent, repassez vous les recherches , souvent infructueuses, du Sea Sheppard alors qu'il savait que les baleiniers étaient dans son secteur. Même avec l'appui de leur hélico souvent fait choux blanc.
Certes il reste la rencontre “faute à pas de chance”, comme au coin d'un bois , à un carrefour, en rentrant du bois dans votre Bad...mais avec une probabilité bien plus faible .
Regardez les routes des navires“temps normal” par exemple ici
[url=https://www.marinetraffic.com/en/ais/home/centerx:-97.9/centery:3.9/zoom:2]https://www.marinetraffic.com/en/ais/home/centerx:-97.9/centery:3.9/zoom:2
[/url][url=https://www.vesselfinder.com/]https://www.vesselfinder.com/
[/url]
Les tempêtes:
Oui cela arrive, d'où la nécessité de faire un bon choix pour sa coquille de noix.
Mes deux exemples ci dessus devraient être capables de supporter ...bien plus que mon estomac !
Ceci dit il y a des latitudes où les“tempêtes” sont extrêmement rares, certes ce sont aussi les latitudes ou il y a potentiellement le plus de risque de faire des rencontres car les plus utilisées pour se déplacer autour du monde
(je parle de petits bateaux de plaisances)
En cas de collapse mondial les routes maritimes deviendraient peu à peu désertes.
Voir les pilots charts pour avoir une idée du temps probable pour une région donnée à une période
donnée, ce ne sont en aucun cas des “prévisions” juste la compilation de données du passé
:[url=https://www.offshoreblue.com/navigation/pilot-charts.php]https://www.offshoreblue.com/navigation/pilot-charts.php
[/url]
L'autonomie :
C'est un contre argument majeur ...mais avec la bonne monture bien préparée, il n'est plus aussi percutant.
Exemple : ce couple qui avait pour projet, avec une goélette de 30 ans, construite “maison”, de tourner en rond (et même en cœur, ils s'étaient amusés à dessiner avec leurs points journaliers un cœur sur l'océan Atlantique) pendant 1000 jours, certes la femme a débarqué plus tôt pour (de mémoire) cause de ...grossesse (comme quoi il reste du temps libre ) mais le gars est resté en tout 1152 jours en mer, soit plus de 3 ans .
Alors je vous vois venir vous aller me rétorquer : ce n'est pas de l'autonomie !
La taille de cette goélette n'était que de 21,30 m hors tout par 4,88m de large donc un volume à peu près similaire au ketch du début ou à notre ex “Bad-Mobile” rien d'extraordinaire en taille.
http://beyond1000days.com/1000-days/https://en.wikipedia.org/wiki/Reid_Stowe

Parlons de l'autonomie en eau,
avant l’avènement du dessalinisateur Moitessier était resté en mer plus de 10 mois et juste en récupérant l'eau de pluie il est arrivé, après un tour du monde et demi, avec autant d'eau dans ses réservoirs qu'à son départ.
Donc pour l'eau avec un système de récupération de l'eau , un dessalinisateur et des pièces de rechanges, un système de filtration le problème de l'autonomie en eau peut être considéré comme résolu.

Reste la nourriture, dans mes deux exemples avec de telles “Bad-Mobile”ce sont plusieurs années de
nourriture qui peuvent être stockées ( pour 2 ou 12 personnes suivant la “monture”).
Partons du cas de figure précédent :1152 jours !
A mon avis dans le cas, plus qu'hypothétique, de “chaos généralisé” (mais restons sur cette hypothèse) en trois ans
sans plus aucune pêche industrielle, plus de chaluts, plus de filets dérivants...Plus qu'une pêche près des côtes, les eaux du large deviendraient vite à nouveau poissonneuses , trois années sans les 100 millions de tonnes de prélèvement annuel. (chiffre variant suivant les sources) en y incluant les “produits aquatiques” ce sont 171 millions de tonnes chaque année !![url=https://www.planetoscope.com/eau-oceans/199-peche-et-prises-mondiales-de-poissons.html]https://www.planetoscope.com/eau-oceans/199-peche-et-prises-mondiales-de-poissons.html
[/url]https://www.lesechos.fr/20/01/2016/lesechos.fr/021634799058_les-quantites-de-poissons-peches-dans-le-monde-largement-sous-estimees.htm
Certes cela ne suffirait probablement pas à rendre autonome une “Bad-Mobile” il ne faut pas rêver, mais les stocks seraient prolongés d'autant. Dans de telles circonstances “tout fait ventre” , par exemple du requin au court bouillon cela ressemble à de la saumonette...
Certains, dénués de tout, en condition de survie sur une minuscule barque ont pu tenir des mois,donc en ayant prévu de quoi prélever sa pitance de la mer (filets, casiers, ligne de pêche, cannes etc) la mer devrait fournir de quoi faire reculer la fin des stock. (lire 117 jours à la dérive des Bayley, Survivre de Douglas Roberston,L'homme qui marchait sur l'eau de Remy Bricka etc)
Et je pense bien plus longtemps que nos forêts ou nos campagnes qui, je le crains, en K2KK seraient très vite vidées de tout ce qui peut s'y trouver par tous les affamés des villes et des campagnes.
D'autre part sur une unité comme l'Abel J les grandes surfaces de ponts devraient pouvoir permettre d'envisager de faire pousser trois radis et deux tomates (en espérant que les tomates ne sèmeraient pas la zizanie comme dans “New York
ne répond plus” …(lire un vieux livre The Sailing Farm quelques exemples pratiques pour faire sécher sa pêche, ses récoltes et les algues comestibles les plus courantes)
Le catamaran Plastiki avait une serre hydroponique mais ils n'ont pas précisé l'éventuel rendement à moins qu'ils ne l'aient utilisé que pour du "hakik" ?

Le manque de discrétion :
Certes il serait probablement suicidaire de venir mouiller près d'une ville “affamée”, mais le choix d'une “Bad-Mobile” c'est justement dans le but d'être le plus loin de tels lieux/latitudes.

Au mouillage dans une île du Nord Canadien ou, cas extrême, au mouillage de St Paul les rencontres sont déjà exceptionnelles en temps “normal” alors une fois tout parti à vau-l'eau …

                         Bon là à part les langoustes et les phoques...

Mais même loin de ces latitudes extrêmes il y a encore, hors des chemins battus, des coins isolés qui même en
temps normal ne voient que rarement des visiteurs

(essayez de trouver des vieux livres tels que “Robinson des mers du sud de Tom Neale, Un atoll et un rêve de Paul Zumbiehl (un essai raté mais les échecs peuvent servir ), Fatu Hiva de Thor Heyerdahl (un essai/échec de retour aux “sources” effectué en 1937/38 déjà ).
Pour ce qui est de la discrétion pas obligé non plus de garder des couleurs voyantes le gris armée en mat est bien plus discret que le blanc ou le jaune fluo :-).


En mer par temps clair les superstructures peintes en blanc peuvent se voir dés quelles émergent de l'horizon. La
meilleure peinture un gris “déstructuré” sans allez jusqu'au camouflage Dazzle

                                           

                        Ou plus moderne :-)

                    




Voila c'était juste un “petit”post pour remettre certaines choses à leurs places , car j'ai lu sur d'autres sites des aberrations qui avaient plus l'air de délires d'ados.
Oui un bateau/navire peut être une base fiable, non on ne peut arriver dans un port piquer un bateau et croire que l'on va être prêt à affronter le pire (d'autant moins si l'on “bave” devant une unité de 42m consommant son gasoil avant d'avoir eu le temps de dire ouf)...
Un bateau pris “au hasard” pour fuir une zone c'est possible, mais pour avoir sous les pieds une “Bad-Mobile” capable de vous emmener très loin pendant des mois voir des années...faut pas fantasmer cela se prépare bien en amont !!!!

Si intéressé de savoir en quoi ' à mes yeux)  les marins sont des "prepers" qui s'ignorent vous pouvez lire cela : http://www.long-cours62.com/2014/03/survivalist-preper-les-marins-plaisanciers-ou-non-sont-ils-des-survivalistes-qui-s-ignorent-apres-etre-tombe-un-peu-par-hasard-sur.h 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Angelilie 03/10/2020 17:08

J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo) A bientôt.